Arbre généalogique dieu grec

0 Comments

Tout commence par la première divinité le chaos. Cela fait-il référence au hasard ? A lui tout seul, Chaos fait la première génération de l’arbre généalogique dieu grec.  En tout cas, les dieux grecs ont des personnalités imparfaites avec des traits de caractère excessifs comme des caricatures d’humains. Maintenant, nous allons nous intéresser aux générations suivantes de l’arbre généalogique. Nous allons aborder l’arbre généalogique des dieux génération par génération. Enfin, l’arbre généalogique même se trouvera à la fin de la page.

La deuxième génération des dieux grecs

Commençons par le Tartare

Arbre généalogique dieu grecLe tartare représente le lieu où l’on expie les fautes. En théorie, les plus grands criminels y sont torturés physiquement mais aussi mentalement. Cela rappelle le concept de l’enfer. Or dans la bible, le tartare représente le lieu où on était jeté les démons après le déluge.

Puis, continuons avec Eros

Éros constituerait le dieu primordial de l’Amour ainsi que de la puissance créatrice dans la mythologie grecque. Il serait à la fois mal et femelle tout en étant asexué. En effet, il existe beaucoup de mystère autour de ce personnage. Apparemment, il n’engendre pas mais aide les couples de dieux grecs à donner la vie.

D’ailleurs, le mot “érotisme” vient de Éros. L’érotisme ou le désir amoureux parle de l’ensemble des phénomènes éveillant les désirs sexuels ou sensuels. On l’utilise dans l’art, la culture mais aussi commercialement. Du nom érotisme est né l’adjectif érotique. Ces mots décrivent la sexualité. On les utilise pour parler de quelque chose qui crée une excitation sexuelle qu’elle soit de nature émotionnelle ou sensuelle, ou encore physique ou mentale. Par contre, il s’agit plus de l’idée que de l’acte sexuel lui-même. Les fantasmes ou les projections mentales vont par conséquent plus dans son sens que l’activité sexuelle.

Ensuite, passons au couple Erèbe et Nyx

Dans la mythologie grecque, Érèbe, en grec ancien Érebos et en latin Erebus, personnifiait les ténèbres, l’obscurité des Enfers. Ce personnage de la mythologie se mariât avec sa soeur Nyx. En fait, Nyx en grec ancien Núx et en latin Nox personnifiait la nuit. Elle vivait au-delà du pays d’Atlas, à l’extrême Ouest.

Tout d’abord, Erèbe et Nyx ont eu des enfants : les dieux Éther ou le Ciel supérieur, puis Héméra ou le Jour ainsi que Éléos ou la Pitié, Épiphron ou la Prudence et ensuite Charon ou le passeur des Enfers. Certains auteurs ont ajouté un enfant de plus Géras ou la Vieillesse de cette union.

La suite de la vie de Nyx dans notre arbre généalogique dieu grec

Puis, Nyx aurait fait des enfants seuls , des dieux grecs :  Géras, Philotès, Momos, Apaté, Dolos, Moros, Oizys, Hypnos, Thanatos, les Hespérides, les Moires, Némésis, les Érinyes, les Kères, Éris ou la déesse de la discorde, Lyssa, Hécate, Styx, Adicie, Achlys. Par conséquent, son deuxième conjoint n’existe pas.

Ensuite, de son troisième conjoint Hypnos ou le sommeil, elle a eu donc avec son fils des enfants, le groupe des Oneiroi  avec Morphée, Icélos et Phantasos.

Enfin, avec son père ou son quatrième conjoint de la généalogie des Nyx, elle a fait un dernier enfant Achlys.

Finissons avec la derniere des dieux de cette génération

Gaïa ou Gaya du grec ancien Gaîa ou Gaîē), ou  (du grec ancien Gê qui signifie “terre” fut identifiée comme la “Déesse mère “.  Le mot grec donna à notre époque moderne, le préfixe géo de beaucoup de mots. Faisant référence à la terre, on parle de géographie, de géologie, ainsi que de géométrie.

En tant que divinité chtonienne, on l’invoquait et lui sacrifiait des animaux de couleur claire. D’ailleurs,  chthoniennes du grec ancien khthốn traduit la terre ou telluriques du latin tellus traduit lui aussi la terre, elle se réfère à la terre, pas tant que monde, mais plutôt en tant que monde souterrain ou aux Enfers, par opposition aux divinités célestes, dites “ouraniennes” ou “éoliennes”.

Ancêtre maternelle des races divines, elle enfante elle aussi de nombreuses créatures.

Tout d’abord, elle a eu des enfants seule : Ouranos, Pontos ainsi que les Ouréa ou “les Montagnes et les Monts” et enfin les nymphes ou des “jeunes filles”. De son union avec Ouranos, son fils, le dieu du Ciel, elle engendra les six Titans et les six Titanides, puis les Cyclopes, à l’œil unique au milieu du front et enfin les Hécatonchires , des monstres aux cent bras. Ensuite, de son troisième conjoint ou amant, Pontos ou “le Flot marin” représentant mâle de la mer, également son fils, Eris enfanta Nérée, Thaumas, Phorcys, Céto et enfin Eurybie. Enfin, de son frère Tartare, Gaïa donna naissance à un dernier enfant, une créature terrifiante, Typhon. C’est de ce Titan qui vient l’idée des vents forts et des tempêtes appelé Typhon.

La troisième génération – arbre généalogique dieu grec

Tout d’abord, commençons par Eris

Elle a donné son nom à un art ou une façon de parler appelée ” éristique “, en effet, cela correspond à l’art de la controverse. En fait, il s’agit d’un débat, d’une contestation ou encore d’une polémique et de manière plus familière d’une dispute.

Suivant l’exemple de sa mère, elle a fait des enfants seuls. Tous sont méchants et malfaisants. On sent directement les problèmes venir. Voici donc la liste : Ponos  ou “la Peine”, Léthé ou “l’Oubli”, Limos ou “la Faim”, Phonoi et Makhai ou “les Meurtres et les Combats”, Dysnomie et Até ou “l’Anarchie et le Désastre”, Algea ou “les Douleurs”, Hysminai ou “les Mêlées”, Androktasiai ou “les Tueries”, Neikea ou “les Querelles”, Amphillogiai ou “les Disputes”, Pseudologoi ou “les Mensonges” et Horkos ou “le Serment” du coup il sanctionne sans pitié tous les parjures volontaires.

Deuxièmement, continuons avec Ouranos

L’étymologie la plus probable nous ramène au grec ouréō traduit par “uriner” ainsi qu’au sanskrit varṣá traduit par “pluie” et encore au hittite ṷarša traduit par “brouillard, brume.  Ainsi, cela expliquerait la racine indo-européenne de base ṷérs traduite par “pleuvoir, mouiller“. On la retrouve également en grec eersē ou “rosée ” ainsi que dans le sanskrit várṣati ou ” pleuvoir “, en avestique aiβi.varəšta ou “il pleuvait sur”. En résumé, dans toutes ces étymologies, Ouranos serait celui qui fait pleuvoir.

D’ailleurs, on dirait le nom d’un épisode de Friends. Par conséquent, on lui attribue le ciel qui féconde la terre en l’arrosant de ses pluies. Du coup, il en résulte tout le vocabulaire parlant de la pluie comme, en résumé, uriner, pleuvoir, mouille et enfin la rosée. Nous avons déjà parlé de ses enfants avec sa mère Gaya. Par ailleurs, les grecs ne lui rendaient aucun culte contrairement à sa mère.

Troisièmement, finissons notre arbre généalogique dieu grec par Pontos

Nous avons déjà parlé de lui, parce qu’il a eu des enfants avec sa mère Gaya. Du coup, reprenons le nom de ses enfants Nérée ou “le vieillard “, ainsi que Thaumas ou “le merveilleux”, et encore Phorcys ou “le valeureux “, puis Céto ou “la bête marine ” et enfin Eurybie  ou “la vaste violence”. Plus tard, il s’unit à Thalassa ainsi naquit selon la mythologie grecque les diverses races de poissons.

La suite de notre arbre généalogique dieu grec avec la quatrième génération

1) Le couple Nerée et Doris

Dans la mythologie grecque, Nérée, en grec ancien Nēreús ou néein signifie “nager”. Faisons un petit rappel, il est surnommé “le vieillard de la Mer”. Avec sa femme Doris, ils donnent naissance aux Néréides. Leur lieu de résidence serait la Mer Egée.

2) Le couple Chronos et Rhéa

Ces deux frères et sœurs forment un couple. Rhéa fait partie des Titanides, c’est-à-dire une femme titan tout comme son mari.  En fait, les douze titans les plus connus s’appellent Thémis, Phébé, Céos, dont Cronos, Mnémosyne, Océan, Téthys, Japet, Hypérion, Théia et enfin Rhéa. Ensemble, leurs enfants se nommaient.

Hestia, Hadès, Déméter, Poséidon, Héra, Zeus. Ensuite, Rhéa aura une deuxième conjoint Attis. Sur l’histoire d’Attis, il existe plusieurs versions. En tout cas, à chaque fois il finit émasculer par punition.

Pour voir la suite de la généalogie, cliquez ici : Arbre généalogique des dieux grecs. Ainsi, vous trouverez l’histoire des générations suivantes dans les articles associés.

En résumé sur notre arbre généalogique dieu grec,

Maintenant, vous connaissez l’origine des mots érotisme et de géo ainsi que de typhon. Ces dieux représentés avec d’énormes défauts sont bien loin d’un dieu parfait et amour. Ils déclenchent beaucoup de morts et pratiquent souvent l’inceste en se mariant entre frères et sœurs ou encore avec leur parent. C’est comme si ces dieux étaient à l’origine de tous les problèmes du monde. Ensuite, la reproduction spontanée existait selon eux, donc sans intervention mâle. C’est le moyen de le voir en lisant cet article dictionnaires de la grece antique et généalogie des dieux et déesses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *